Rechercher
  • Marie

des nouvelles de la lune


"Ruth, c’était mon nom de pute. Idéal pour une pute. Surtout pour une pute pas très douée."



Quand Ruth a émergé de mon inconscient j’ai vécu un moment magique. Elle a débarqué avec son histoire toute entière, incluant la lune, son éternel refuge, les lapins de Toutseul , sa cousine qui conversait avec Dieu… Bref, je savais pratiquement tout de son aventure sauf ce qu’elle avait à me dire. Je l’ai écoutée. Voici ses premiers mots.







Ruth, c’était mon nom de pute. Idéal pour une pute. Surtout pour une pute pas très douée.


D’abord, le rut ne m’intéressait pas. Ensuite, je tombais toujours dans la Lune. Chaque fois, c’était la même chose. Sitôt que le client m’avait visée, je disparaissais. Mentalement, je veux dire. J’allais rejoindre la face cachée de la Lune.


Pendant qu’ici-bas on me prenait, là-haut, dans ma solitude lunaire, je m’abandonnais à l’inexistence. Quand je retombais sur Terre, le client avait disparu. Souvent avec ma paye. Pour m’être surpassée en nullité, sans doute. Du moins, c’est ce que j’en déduisais.


En fait, je ne me souvenais de rien. Ou presque, quelques vagues manœuvres... grognements... Je ne savais jamais si j’avais satisfait le « monsieur » du monsieur. Quand un client s’achète une pute qui se nomme Ruth, il est en droit de s’at- tendre à mieux. Avec moi, il se butait à une poupée de chiffon. Souvent je l’entendais de là-haut se remballer en pestant, convaincu d’avoir été victime d’une imposture. Qu’il reparte avec la caisse, je le comprenais.


Non, j’étais juste une pute idiote, incapable de faire honneur à ma profession et encore moins à mon nom. Si je l’avais emprunté encore ce nom, on aurait pu comprendre. Mais il figurait sur mon baptistère : Marie-Ruth-Camille Lambert : Marie, pour faire plaisir au curé ; Ruth, pour faire plaisir à ma marraine ; Camille, pour faire bien. Sauf que je n’étais à la hauteur d’aucun de mes pré- noms. Je n’étais ni une sainte, ni une filleule empressée, pas plus que la digne fille de ses bons parents. J’étais... j’étais... allez savoir !


Donc, puisque je ne pouvais prétendre à rien, pas même à moi-même, et que j’avais fait du latin, nihil, je m’appelais.


D’autres nouvelles de Ruth suivront bientôt.

Au plaisir de vous retrouver.

0 vue

Pour toute demande d’information sur mes œuvres,
contactez la
Galerie Michel Guimont, à Québec et
iF :: créativité collaborative à Montréal.

514.513.2221

200-4388, rue Saint-Denis • Montréal • QC • H2J 2L1

© 2019 • créé à Montréal avec bienveillance avec iF créativité collaborative

  • White Facebook Icon
  • Black Facebook Icon