BLOGUE DE MARIE CLICHE

Vous aimeriez m’écrire? Vous exprimer sur un tableau, commenter un roman, un blogue, partager vos goûts en art,  peinture, littérature, et autres sujets? N’hésitez pas à engager la conversation. J’aurai grand plaisir à échanger avec vous. 

Rechercher
  • Marie

"Ruth, c’était mon nom de pute. Idéal pour une pute. Surtout pour une pute pas très douée."



Quand Ruth a émergé de mon inconscient j’ai vécu un moment magique. Elle a débarqué avec son histoire toute entière, incluant la lune, son éternel refuge, les lapins de Toutseul , sa cousine qui conversait avec Dieu… Bref, je savais pratiquement tout de son aventure sauf ce qu’elle avait à me dire. Je l’ai écoutée. Voici ses premiers mots.







Ruth, c’était mon nom de pute. Idéal pour une pute. Surtout pour une pute pas très douée.


D’abord, le rut ne m’intéressait pas. Ensuite, je tombais toujours dans la Lune. Chaque fois, c’était la même chose. Sitôt que le client m’avait visée, je disparaissais. Mentalement, je veux dire. J’allais rejoindre la face cachée de la Lune.


Pendant qu’ici-bas on me prenait, là-haut, dans ma solitude lunaire, je m’abandonnais à l’inexistence. Quand je retombais sur Terre, le client avait disparu. Souvent avec ma paye. Pour m’être surpassée en nullité, sans doute. Du moins, c’est ce que j’en déduisais.


En fait, je ne me souvenais de rien. Ou presque, quelques vagues manœuvres... grognements... Je ne savais jamais si j’avais satisfait le « monsieur » du monsieur. Quand un client s’achète une pute qui se nomme Ruth, il est en droit de s’at- tendre à mieux. Avec moi, il se butait à une poupée de chiffon. Souvent je l’entendais de là-haut se remballer en pestant, convaincu d’avoir été victime d’une imposture. Qu’il reparte avec la caisse, je le comprenais.


Non, j’étais juste une pute idiote, incapable de faire honneur à ma profession et encore moins à mon nom. Si je l’avais emprunté encore ce nom, on aurait pu comprendre. Mais il figurait sur mon baptistère : Marie-Ruth-Camille Lambert : Marie, pour faire plaisir au curé ; Ruth, pour faire plaisir à ma marraine ; Camille, pour faire bien. Sauf que je n’étais à la hauteur d’aucun de mes pré- noms. Je n’étais ni une sainte, ni une filleule empressée, pas plus que la digne fille de ses bons parents. J’étais... j’étais... allez savoir !


Donc, puisque je ne pouvais prétendre à rien, pas même à moi-même, et que j’avais fait du latin, nihil, je m’appelais.


D’autres nouvelles de Ruth suivront bientôt.

Au plaisir de vous retrouver.

  • Marie

Mis à jour : 21 mars 2019

Aller ailleurs pour mieux revenir plus riche de tout ces univers offerts par des artistes qui vivent du besoin viscéral de la quête, de la beauté, du sens, de la transcendance. Leur quête m’incite à pousser la mienne encore plus loin, comme si j’allais finir par trouver ce que je cherche. Heureusement, je ne trouverai jamais.


Voici quelques oeuvres qui m’ont à la fois séduite et questionnée, des oeuvres présentées à la Galerie Michel Guimont dans le cadre de la Biennale de Québec. La jeune commissaire Sophie Jacques nous propose une exposition éclectique mais habilement montée dont les oeuvres se côtoient harmonieusement.


Cara Déry Ivan Binet





  • Marie

Mis à jour : 17 févr. 2019


Galerie du Meuble

En décembre dernier, la Galerie Michel Guimont m'a invitée à exposer des oeuvres à la Galerie du Meuble de Québec dans le cadre d'un événement culturel initié par l'artiste Luc Archambault qui ce soir là, a exécuté un tableau in situ.

Cinq autres artistes exposaient aussi

leurs oeuvres qui venaient enrichir

les divers décors.


Une soirée haute en couleurs, s'il en est, et très inspirante tant pour les créateurs que pour les nombreux visiteurs.